Loading…

We are not Weapons Of War – 2018

Le but de l’association WWoW (We are not Weapons of War) est de faire du viol comme arme de guerre un enjeu public mondial en menant des campagnes de sensibilisation et en informant sur ce processus pensé, organisé et planifié et ses conséquences. Ainsi, nous intervenons dans des établissements scolaires ou universitaires et dans d’autres institutions (INTERPOL, UNESCO, OFPRA, Nations Unies, Union Européenne…).

L’association s’est donnée trois objectifs :

Faire de l’élimination des violences sexuelles dans les conflits un enjeu public mondial
  • Conduire, organiser et soutenir des campagnes publiques de sensibilisation sur la notion des violences sexuelles dans les conflits et leurs conséquences.
  • Informer sur ce processus pensé, organisé, planifié, qui constitue un crime de guerre, voire un crime contre l’humanité, notamment lorsque ces violences sexuelles s’inscrivent dans un processus génocidaire.
Lutter contre l’impunité, première cause de propagation des viols

Un procès pour viol comme crime de guerre nécessite une expertise particulière et un cheminement d’enquête spécifique. Il est nécessaire de former et surtout d’accompagner d’une part des magistrats, des procureurs et des policiers locaux dans leurs pratiques et d’autre part les victimes (et leurs familles) dans leurs démarches.

WWoW souhaite donc focaliser ses priorités, sur :

  • Le partage d’expertise judiciaire et l’accompagnement des procès
  • L’accompagnement des institutions locales pour adopter les cadres et pratiques juridiques nécessaires et adaptés
  • La représentation et l’accompagnement des victimes et de leur famille dans ce processus.
Redonner un pouvoir d’action aux victimes

Le trauma lié aux violences sexuelles est profond et singulier, avec des conséquences multiples qu’il est nécessaire de comprendre pour les enrayer. Suite à l’exclusion familiale et à la stigmatisation sociale, les victimes se retrouvent sans ressources. WWoW désire aider les victimes à reconstruire leur vie et reprendre leur place dans la société.Il est primordial de ne plus réduire ces personnes à leur statut de victime mais au contraire mettre en avant leur combativité, énergie et capacités.

 

 

L ‘association WWoW a développé le BACK UP, un outil numérique permettant de répondre de manière simple et efficace aux trois enjeux majeurs du viol de guerre :

  • L’immense difficulté pour les victimes de signaler les crimes et d’accéder aux soins et services
  • Le manque de coordination des professionnels impliqués
  • Le manque de données fiables concernant l’étendue de ce phénomène dans le monde (nombre de victimes, localisation, dates… etc.)

Le BACK UP est une réponse et une solution globale à toutes les victimes du viol de guerre. Il permettra alors de prendre en charge les victimes à 360° degrés, de la commission du viol à sa réintégration complète dans la société.

Le BACK UP c’est :

  • Une messagerie instantanée mettant en lien victimes et professionnels
  • Un data center sécurisé
  • Un réseau social professionnel

 

Il s’organise autour de trois grandes fonctionnalités :

ASSISTER : Alors que les victimes se trouvent souvent dans des lieux peu accessibles, le BACK UP permet de les localiser et de les mettre en lien direct avec des professionnels compétents qui peuvent répondre à leurs besoins médicaux, sanitaires et juridiques.

ALERTER : le BACK UP offre la possibilité à des citoyens, témoins, activistes, enquêteurs, avocats et autres de pouvoir signaler la commission de crimes, tels des lanceurs d’alerte, afin que WWoW et les professionnels sur le terrain, puissent analyser les informations transmises.

La plateforme permet donc de mettre en lien victimes, témoins, lanceurs d’alerte, mais aussi l’ensemble des professionnels et experts compétents, avec la possibilité d’interagir et de trouver les réponses et outils qui répondent à leurs besoins respectifs et aux défis du viol de guerre. Le BACK UP offre un data center sécurisé qui permet de stocker les éléments et offre un service d’analyse juridique permettant de guider les enquêteurs.

COORDONNER/FÉDÉRER: le BACK UP héberge un réseau de professionnels du monde entier qui pourront communiquer entre eux, s’aider, travailler de concert afin de répondre le plus efficacement et personnellement aux besoins de chaque victime. L’objectif est aussi de fédérer les initiatives afin de les compléter et de réduire les duplications.  Ce pilier sera directement relié à l’observatoire international sur les violences sexuelles dans les conflits donnant accès à une information complète sur le viol de guerre et donnant la possibilité d’y contribuer sur un mode professionnel collaboratif. Ainsi qu’au Centre d’Expertise de WWoW qui offre des services aux organisations, États et professionnels qui le demandent. Le Centre met aussi en place des modules de formation spécifiques.

A terme, l’objectif est de créer un outil complet et entièrement sécuriser qui permettra de constituer des dossiers judiciaires valides pouvant être soumis aux juridictions et, ainsi, enfin offrir aux victimes le moyen de bâtir leur propre reconstruction en en étant acteur/trices.

 

En 2018, la fondation Prairial finance les frais de déploiement sur le terrain de l’outil Back Up.